Super Protéine de Soja BIO SuperPhysique Nutrition
  • Super Protéine de Soja BIO SuperPhysique Nutrition
BIO
SP NUTRITION

Super Protéine de Soja BIO SuperPhysique Nutrition

44,90 €

Super Protéine de Soja bio de SuperPhysique (en poudre), la caséine des protéines végétales !

Super Protéine de Soja bio est un supplément de protéines de soja issu de l'agriculture biologique contenant plus de 90 % de protéines. La protéine de soja conviendra parfaitement aux sportifs qui cherchent une alternative à la whey, aux végétariens, aux personnes intolérantes au lactose et aux personnes au régime ou en sèche (la protéine de soja contient 0 graisses, 0 glucides).

Super Protéine de Soja bio de SuperPhysique est une protéine de soja facile a digérer fournissant à l'organisme une dose importante en protéines, mais surtout tous les acides aminés indispensables à la récupération et au développement musculaire.

Sans gluten, 100% Cru, Agriculture Biologique, Sans OGM, Alimentation Végétarienne.

Goût
Poids
Consommation
Quantité
En stock

favorite_outline Ajouter à ma liste d'envies

Vous devez être connecté à votre compte client
Caractéristiques avec icône sur la fiche produit : Sans additif Sans additif
Caractéristiques avec icône sur la fiche produit : Sans colorant Sans colorant
Caractéristiques avec icône sur la fiche produit : Sans gluten Sans gluten
Caractéristiques avec icône sur la fiche produit : Sans sucre ajouté Sans sucre ajouté
Caractéristiques avec icône sur la fiche produit : Pour les végétaliens Pour les végétaliens
Caractéristiques avec icône sur la fiche produit : Sans édulcorant Sans édulcorant
 

SUPER PROTÉINE DE SOJA bio DE SUPERPHYSIQUE NUTRITION

Pour compléter notre gamme de super protéines végétales et trouver toujours d'autres compromis intéressants dans nos choix de protéines en poudre, nous avons décidé d'aller à l'encontre de toutes les tendances actuelles en proposant de la protéine de Soja bio, que nous considérons comme la caséine des protéines végétales.

Il semblait logique pour SuperPhysique de proposer aux sportifs soucieux de varier leurs sources de protéines de la protéine de soja qui est la plus protéinée de la gamme avec plus de 90 % protéines par dose. Elle est donc très intéressante pour compléter vos apports de protéines au quotidien dans l'objectif de compléter votre alimentation en vu de développer votre masse musculaire.

Le soja est l'une des rares sources de protéines (avec le pois) non animales à avoir un profil d'acides aminés complet. Elle est également considérée comme une protéine qui se digère un plus lentement que le lactosérum offrant donc une bonne alternative aux wheys laitières.

La Super Protéine de Soja contient 93 g de protéines (dont 37 g pour une dose de 40 g de poudre), dont 2 g de Leucine par dose vs 2,2 g en comparaison d'un concentré de whey laitière. De plus, elle dispose d'un faible indice glycémique et insulinémique.

Enfin, il est bon de noter qu'elle contient 0 graisses, 0 glucides, avec un pouvoir satiétogène important. Ce qui en fait une protéine de choix si vous êtes au régime.

Super Protéine de Soja bio de SuperPhysique est un isolat de protéines de soja garanti sans OGM, biensur sans lactose et issue de l'agriculture biologique.

NOTRE AVIS SUR LA PROTÉINE DE SOJA

➔ Des avantages uniques

La protéine de soja bio une excellente alternative pour les sportifs qui cherchent une source de protéines végétales très riche en protéines et complète en acides aminés. La protéine de soja concerne également toutes les personnes aux régimes ou en sèche (post-compétition) car elle ne contient ni graisses, ni glucides. Elle saura également trouver de l'intérêt auprès des personnes qui ne tolèrent pas le lactose, ou les végétariens qui souhaitent compléter leur apport quotidien en protéines. Qui plus est son prix est un des plus accessible du marché.

Sa teneur en protéine

La protéine de soja est une source de protéines indiscutable avec une teneur en protéines supérieure à celle de la whey issue du lait (93 % de protéines par dose).

➔ Son goût

Notons enfin que son goût naturel est sans caractère particulier. Vous serez vite vous en satisfaire en la mélangeant avec un lait végétale comme le lait d'amandes ou de noisettes. De plus sa digestibilité reste tout aussi facile qu'un isolat de whey ce qui n'est pas négligeable pour nous qui en consommons régulièrement. Son pouvoir émulsifiant comparable à la caséine crée un mélange onctueux qui peut idéalement servir pour de multiples recettes protéinées cuisinées.

➔ Son pouvoir satiétogène

La protéine de soja a un bon pouvoir de satiété, similaire à celui de la caséine. Elle réduira votre sensation de faim sur une période plus longue que toute autre protéine végétale.

Pour résumer

  1. Protéine de soja issue de l'agriculture biologique.
  2. Une digestion facile.
  3. Est un émulsifiant naturel (comme la caséine), idéal pour les préparations cuisinées.
  4. Ne crée pas de troubles intestinaux.
  5. Contient ~90 % de protéines, dont 2 g de Leucine par dose vs 2,2 g pour la 100 % Whey professional de Scitec.
  6. Faible teneur en sodium et en potassium, ce qui équivaut à un supplément idéal avant les compétitions (fait intéressant, le soja a à peu près l'équilibre parfait de ces deux électrolytes).
  7. Faible valeur calorique.
  8. Un faible indice glycémique et insulinémique.

WHEY VS PROTÉINE DE SOJA

La protéine de soja bio est quasiment identique à la whey protéine au détail prêt qu'elle ne contient pas de lactose et vous évite donc les soucis d'intolérances, de problèmes intestinaux et de digestion. Elle ne contient aucunes graisses, ni aucun glucide ce qui peut être un choix très intéressant pour compléter votre apport en protéines lors d'un régime ou d'une sèche. Les quantités qui diffèrent légèrement sont celles des BCAA.

La whey contient 10.6 g de leucine, et la protéine de soja contient 7.20 g de leucine pour 100 g de poudre. On peut également noter que la protéine de soja contient environ quatre fois plus d’arginine (un acide aminé).

Dans une étude réalisée en 2004 par l'American College of Sports Medicine (ACSM) a révélé que ceux qui associaient leurs séances de musculation à la protéine de soja avaient le même développement musculaire que ceux qui optaient pour la protéine de lactosérum (3).

Protéine de SOJA ET PRISE DE MASSE MUSCULAIRE

Certaines études ont suggéré que le soja est aussi efficace que les protéines de lactosérum, sinon plus, en terme de capacité à favoriser les gains musculaire. La première de ces études, présentée à la réunion de l'American College of Sports Medicine (ACSM) en 2004 a révélé que la consommation post-entraînement d'une boisson de soja était statistiquement significative dans l'accélération de la masse sans gras osseux (FBFM) et de l'augmentation de la force, par rapport à d'autres formulations post-entraînement, qui avaient toutes deux un degré d'efficacité similaire. Cette étude a démontré que les protéines intactes du soja et du lait sont efficaces pour soutenir l'hypertrophie musculaire, apportant un certain soutien au soja en tant que boisson nutritionnelle légitime après l'entraînement.

La méthode de cette étude impliquait de randomiser 34 sujets avec du lait, des boissons de soja ou des boissons de maltodextrine, en utilisant un processus d'attribution à double insu. Les participants se sont entraînés 5 jours par semaine sur un programme de musculation en split et ont consommé 500 ml de leur boisson assignée, à la fois immédiatement et 1 heure après l'entraînement.

Une autre étude qui soutien le soja comme une aide efficace à la construction musculaire, tout en montrant son innocuité pour les niveaux de testostérone, a été présentée en 2005 et souscrite par la société Solae. L'étude a révélé qu'une supplémentation quotidienne en protéines de soja, en lactosérum ou en un mélange de soja-lactosérum entraînait une augmentation de la masse maigre et n'affectait pas négativement les niveaux de testostérone ou d'estradiol chez 20 athlètes masculins participant à un programme de musculation (5).

Comme l'a expliqué Greg Paul, Ph.D., ancien directeur de la nutrition de la société Solae :

"Les résultats de cette étude montrent que la protéine de soja est tout aussi efficace que la protéine de lactosérum pour développer la masse musculaire maigre dans le cadre d'un programme d'exercice et de nutrition dédié, tout en contredisant le mythe selon lequel la protéine de soja peut avoir un impact négatif sur les niveaux de testostérone chez les hommes. Ces résultats sont cohérents avec des études antérieures qui ont comparé l'effet de la protéine de lactosérum et de la protéine de soja sur la masse musculaire maigre, et soutient l'idée que les athlètes dévoués peuvent bénéficier d'un régime de nutrition qui comprend à la fois des protéines de soja et de lactosérum."

Douglas S. Kalman, MS, RD, directeur de la nutrition et de la recherche clinique appliquée à Miami Research Associates, le soutient :

"Nous pensons que cette étude confirme que la protéine de soja est sûre et tout aussi efficace que la protéine de lactosérum pour aider les hommes qui font de l'exercice à atteindre leurs objectifs de fitness et soutient le développement de la masse musculaire maigre".

Le but de l'étude était de comparer l'effet de la supplémentation de 50 grammes par jour de quatre suppléments protéinés différents en combinaison avec un entraînement en résistance sur la composition corporelle maigre et les changements d'hormones sexuelles sériques chez les hommes. La méthode de cette étude impliquait des sujets consommant des boissons protéinées deux fois par jour et participant à trois séances axées sur l'hypertrophie par semaine sur une période de 12 semaines.

Les boissons protéinées se composaient soit d'un concentré de protéines de soja (SPC), d'un isolat de protéines de soja (SPI), d'un mélange de soja-lactosérum composé d'un mélange 50/50 de SPI avec un concentré de protéines de lactosérum (WPC) et un isolat de protéines de lactosérum (WPI), ou protéine de lactosérum composée d'un mélange 50/50 de WPC et WPI.

L'étude a révélé que toutes les sources de protéines avaient pour effet d'augmenter la masse maigre. En outre, il n'y avait aucune différence entre les sources de suppléments sur les changements dans les niveaux de testostérone. Les gains de masse musculaire maigre qui ont été démontrés dans cette étude sont cohérents avec des recherches antérieures portant sur l'impact du soja et du lactosérum sur la masse musculaire maigre en conjonction avec un régime d'exercice.

LE SOJA vous féminise-t-il vraiment - Que DIT LA SCIENCE ?

Si vous vous êtes déjà intéressés aux protéines végétales pour sportifs et notamment au soja, vous avez sans doute lu ces articles qui montrent que les isoflavones que contient le soja (et les légumineuses) pourraient causer une baisse de la testostérone ainsi que des troubles de la reproduction chez les mammifères. Ces craintes ont été perpétuées par quelques anciennes études mal menées. En réalité cela date de 1946 quand il a été découvert que les moutons qui broutaient du trèfle rouge (une plante médicinale riche en phytooestrogènes - isoflavones) étaient stériles. Les scientifiques ont fait une observation similaire environ 20 ans plus tard, lorsque des vaches nourries au trèfle rouge se sont également révélées stériles. Peu de temps après, les guépards captifs soumis à un régime à base de soja se sont avérés avoir le même problème. La fertilité a été rétablie dans les trois cas lorsque l'apport en isoflavones a été réduit.

Il y a également eu d'innombrables expériences sur des souris et des rats, la plupart d'entre elles montraient que les isoflavones alimentaires entraînaient une réduction de la fertilité, une réduction du nombre de spermatozoïdes et des niveaux de testostérone. Certes, la plupart de ces études impliquaient des quantités de génistéine qui étaient probablement cinq fois plus que ce qu'un humain pourrait obtenir par l'alimentationA vrai dire, les études réalisées sur les humains sur les effets allégués du soja sur la réduction de la testostérone ont été en grande partie peu concluantes et n'ont montré aucune association à ces effets.

En 2009 une méta-analyse rapportait les résultats cumulatifs de 32 études distinctes sur la consommation de soja et la testostérone chez l'homme (2), elle concluait ainsi :

"Aucun effet significatif de l'apport en protéines de soja ou en isoflavones sur la T (testostérone), la SHBG (globuline de liaison aux hormones stéroïdes), la T libre ou le FAI (indice d'androgènes libresn'a été détecté quel que soit le mode statistique. Les résultats de cette méta-étude suggèrent que ni les aliments à base de soja ni les suppléments d'isoflavones ne modifient la mesure des concentrations de Testostérone biodisponibles chez les hommes."

SOJA ET ANTI-NUTRIMENTS LA RÉALITÉ

Si vous vous êtes penché sur l'intérêt d'une supplémentation en soja, vous n'avez pas pu loupé la notion "d'anti-nutriments" que l'on reprend dés qu'il est question du sujet. Les anti-nutriments sont considérés comme de "méchantes" molécules. C'est du moins ce que titrent plusieurs vidéos et articles à la recherche de clics. Pourtant c'est loin d'être aussi simple que ça et affirmer que les anti-nutriments (dont l'acide phytique souvent pris comme exemple) sont un problème est en partie faux (1).

De plus les arguments mis en avant omettent toujours que le traitement du soja il y a 40 ans n'est plus comparable à celui d'aujourd'hui. En effet, le traitement utilisé lors de la fabrication d'isolats de protéines de soja éliminent ou réduisent considérablement l'activité des anti-nutriments. Partant de ce postulat cela ne devrait donc pas être un gros sujet de préoccupation. En d'autres termes, certains des problèmes avec le soja entier ne sont pas un problème avec l'isolat de protéine de soja, qui vous offre les bénéfices sans les inconvénients. 

La préoccupation liée aux anti-nutriments ne tient jamais compte du cadre dans lequel elle s'inscrit, c'est à dire (pour exemple) des zones géographiques pauvres où l'on ne consomme que des céréales comme le riz qui contiennent beaucoup d'anti-nutriments et peu de micro-nutriments. Bien au contraire, le rôle anti-nutritionnel de l'acide phytique est également responsable de certains avantages pour la santé. Ainsi, la peur de consommer de l'acide phytique peut nuire à l'intégrité de la santé et peut également altérer la fonction cellulaire.

Non seulement les anti-nutriments ne sont pas toxiques comme les médias voudraient vous le faire croire (6) mais seraient même bénéfiques pour la santé dans bien des cas (cancer de la peau, cancer du sein, hépatocarcinome, rhabdomyosarcome, cancer de la prostate, etc..) (1).

Alors que jusqu'à ce jour, les anti-nutriments sont toujours perçus comme une menace pour la biodisponibilité des nutriments, il a été démontré que leur réduction dans les aliments par des techniques simples, pratiques et peu coûteuses telles que le trempage, la germination, le maltage et la fermentation améliore la biodisponibilité (digestion/assimilation des micro-nutriments) des nutriments (7, 8).

La plupart des sources alimentaires contenant des anti-nutriments ne sont généralement pas consommées sous leur forme brute. Ils subissent des traitements (comme le trempage et la cuisson - voir chapitre - Fabrication) avant leur consommation. Ainsi, les anti-nutriments contenus dans les aliments non transformés ne peuvent en aucun cas refléter le contenu réel consommé. En tant que tel, l'accent devrait être mis davantage sur l'évaluation des anti-nutriments dans les aliments industriels préparés, plutôt que sur leur présence dans les aliments crus. Karkle et Beleia (9) ont examiné l'effet du trempage et de la cuisson sur les anti-nutriments, la composition minérale et la texture du soja. Leur découverte a révélé que le trempage favorise la réduction des anti-nutriments, améliorant ainsi la biodisponibilité des nutriments dans le soja. Cela implique que le trempage des aliments contenant des anti-nutriments est nécessaire en particulier pour les personnes ayant un apport minéral marginal.

En fait, tous les efforts déployés pour réduire les anti-nutriments dans les plantes comestibles à des fins nutritionnelles, via la bio-fortification, afin de générer des plantes pauvres en acide phytique, peuvent constituer une menace sérieuse et orienter les conflits d'intérêts pour la croissance et le développement des plantes. Pour ces raisons, il est important d'améliorer l'éducation nutritionnelle. En effet, les problèmes de santé (carences en micronutriments, diabètes, surpoids, etc..) résultent surtout d'une connaissance insuffisante de la consommation des bons aliments dans des proportions appropriées.

NOTRE AVIS SUR LA POLÉMIQUE AUTOUR DU SOJA

Mise à part la qualité du soja consommé (OGM) qui est la source de toute la problématique actuelle, il est aujourd'hui impossible d'affirmer que le soja est "toxique" du fait qu'il contienne des anti-nutriments ou des phytoestrogènes. Ces affirmations proviennent généralement d'études specifiques détournées pour nuire à la réputation du soja, réalisées (par exemple) sur des femmes ménopausées, parfois même malades, dans des conditions médicales bien précises qui ne nous concernent pas, nous, sportifs en bonne santé. Il y a des nuances très importantes d'un côté comme de l'autre qui ne permettent pas de traiter le soja négativement de façon objective. De surcroît beaucoup de conclusions sont tirés à partir d'essais sur des rongeurs.

Il faut noter que l'on reconnait tout un tas de bienfaits des isoflavones présents en quantités dans le soja mise à part pour les femmes enceintes et les nourrissons. Quant à son caractère potentiellement androgène, et aux autres points relevés, si toutefois ils nous concernaient, il faudrait en manger tous les jours à l'excès (en très grande quantité) sans jamais varier notre alimentation pour que nous en soyons impactés. Quand bien même certains cas se sont révélés, ils sont très rares et encore une fois dans des conditions bien précises que nous ne pouvons pas généraliser (faudrait-il connaître la santé des individus an amont pour en tirer de quelconques conclusions - avaient-ils des prédispositions? - étaient-ils malades? - zones géographiques particulièrement pauvres (payes sous développés)).

En ce qui concerne les protéines en poudre de soja, l'histoire est totalement différente puisque leur fabrication découle de co-produits de l'industrie d'huile de soja et d'autres transformations alimentaires. Elle est transformée en concentré de soja par des techniques qui éliminent en partie les isoflavones. L’opération est suivie d’un séchage à haute température et d’une extrusion qui donne la texture. Il existe donc une très grande variabilité des niveaux d'isoflavones dans les suppléments et tout nous laisse à penser que dans les protéines de soja la concentration est la plus maigre.

Au final, il y a beaucoup de données qui circulent au sujet du soja (nous pouvons d'ailleurs voir de plus en plus de médias utiliser des mythes et des polémiques alimentaires pour générer plus de trafic sur leurs contenus) qui sont à traiter avec beaucoup de recul et d'analyses. Quand on approfondie les recherches, c'est un peu comme pour toutes les autres polémiques alimentaires actuelles, il y a beaucoup d'informations peu exploitables, qui en plus ne concernent pas les sportifs en bonne santé vivant en Europe.

RÉFÉRENCES SCIENTIFIQUES

  1. Investigation of the medicinal significance of phytic acid as an indispensable anti-nutrient in diseases. Ibrahim Abdulwaliyua, Shefiat Olayemi Arekemaseb, Judy Atabat Adudua, Musa Latayo Bataria, Mercy Nwakamaswor Egbulec, Stanley Irobekhian Reuben, Okoduwad.
  2. Jill Hamilton-Reeves, et al. Clinical studies show no effects of soy protein or isoflavones on reproductive hormones in men: Results of a meta-analysis, Fertility and Sterility, 94(3):997-1007; July, 2009.
  3. Improvement in the safety of foods by sulfhydryl-containing amino acids and peptides. A review. 42 (1), 3-20. Friedman, M. (1994).
  4. Effect of proteolytic modification and methionine enrichment on the nutritional value of soya albumins for rats, 7 (9), 481-487. Hajos, G., Gelencser, E., Grant, G., Bardocz, S., Sakhri, M., Duguid, TJ, ... et Pusztai, A. (1996).
  5. Effect of protein source and resistance training on body composition and sex hormones. Douglas Kalman,1 Samantha Feldman,1 Michele Martinez,1 Diane R Krieger,1 and Mark J Tallon1.
  6. Anticoagulation and Toxicity Studies with Phytic Acid. R. R. CHATTOPADHYAY  M. K. PAL  S. SARKAR.
  7. Reduction in phytic acid content and enhancement of antioxidant properties of nutria-cereals by developing a fermented baby food. J Fd Sci Technol, 52 (6) (2015), pp. 3219-3234.
  8. Dietary role of phytate and phytase in human nutrition: a review. Food Chem, 120 (2009).
  9. Effects of soaking and cooking on phytate concentration, minerals, and texture of food type soybeans. Cienc Tec, 30 (4) (2010), pp. 1056-1060.

Matière première

Super Protéine de Soja bio de SuperPhysique est fabriquée à partir de soja issu de l'agriculture biologique et sans OGM (organismes génétiquement modifiés), avec une teneur en protéines de près de 92%.

Fabrication D'UN ISOLAT DE PROTÉINE DE SOJA

A. Préparation de la fève de soja en vue de sa transformation, par lavage, concassage et décorticage des fèves de soja, séparation de la cosse et broyage des fèves de soja décortiquées pour obtenir un broyat de fève de soja.
B. Trempage et gonflement du broyat de soja obtenu à l'étape A. avec une solution d'éthanol et d'huile contenant environ 20% d'huile.
C. Extraction à l'éthanol des huiles et des phopholipides de la matière de soja obtenue à l'étape B., par percolation de l'éthanol et des mélanges (micelles) éthanol-huile, en concentrations décroissantes, à contre-courant à travers la matière de soja.
D. Trempage et gonflement de la matière de soja solide obtenue à l'étape C dans un mélange d'éthanol aqueux et d'hydrates de carbone contenant jusqu'à 5% d'hydrates de carbone.
E. Extraction à l'éthanol aqueux des hydrates de carbone de la matière de soja dégraissée obtenue à l'étape C par percolation de l'éthanol aqueux et des mélanges éthanol aqueux-hydrates de carbone en concentrations décroissantes à contre-courant à travers ladite matière de soja dégraissée.
F. Séparation de l'huile de soja de l'éthanol dans la solution éthanol-huile obtenue à l'étape C, par un procédé sans distillation.
G. Conditionnement de l'éthanol obtenu à l'étape F pour sa réutilisation en cycle fermé.
H. Séparation des phospholipides et autre impuretés de l'huile obtenue à l'étape F.
I. Séparation des hydrates de carbone de l'éthanol aqueux de la solution hydrates de carbone-éthanol aqueux obtenue à l'étape E, pour obtenir des mélasses et de l'éthanol qui est recyclé dans le processus : J.
J. Séparation, concentration et fermentation des mélasses formées par les hydrates de carbone obtenues à l'étape I, pour produire de l'éthanol.
K. Séparation des isoflavones des mélasses avant leur fermentation.
L. Obtention d'une farine de concentré de protéines de soja (SPC) exempte de facteurs antinutritionnels, adaptée à la consommation humaine et animale, et à la production d'isolats de soja, l'éthanol pur et ses dilutions aqueuses étant le seul solvant utilisé dans ledit procédé, et ledit procédé étant réalisé sans étape intermédiaire de désolvatation.

COMPOSITION DE NOTRE SUPER PROTEINE DE SOJA BIO

Ingrédients et valeurs nutritives

Protéine de soja en poudre issue de l’agriculture biologique.
Sans édulcorants, sans colorants. Goût nature.

VALEURS NUTRITIONNELLES PROTÉINE DE POIS POUR 100 G POUR 40G
Énergie 393 Kcal 157 Kcal
Protéines 93 g 37 g
Lipides
  dont acides gras saturés
1,6 g
0 g
0,6 g
0 g
Sel 0,10 g 0,04 g
Glucides
  dont sucres
0 g
0 g
0 g
0 g
Fibres 1.1 g 0,5 g
PROFIL AMINÉ POUR 100 G POUR 40 G
Alanine 3,85g 1,54 g
Arginine 7,04 g 2,82 g
Acide aspartique 10 g 4,02 g
Acide glutamique 17,5 g 7 g
Glycine 3,68 g 1,47 g
Histidine 2,65 g 1,06 g
Isoleucine 3,65 g 1,10 g
Leucine 6,48 g 1,94 g
Lysine 5,70 g 1,71 g
Méthionine 0,68 g 0,21 g
Phénylalanine 4,23 g 1,27 g
Serine 4,03 g 1,21 g
Thréonine 2,73 g 0,82 g
Tryptophane 0,66 g 0,20 g
Tyrosine 2,72 g 0,82 g
Valine 3,95 g 1,19 g
Proline 1,82 g 0,72 g
Cystine 0,59 g 0.24 g

Comment utiliser notre Super Protéine de Soja bio

Dosage journalier recommandé : Vous pouvez ajouter la poudre à vos préparations culinaires ou mélanger deux cuillères-doseuses de poudre (40 g) avec 300 ml de lait végétal, lait ou eau, éventuellement avec l’aide d’un shaker.

Précaution d’emploi : A conserver dans un endroit sec et tempéré, à l’abri de la lumière.

Contient une cuillère-dosette de 20 g

Vous pouvez utiliser notre Super Protéine de Soja en collation entre vos repas si ceux-ci sont espacés de plus de 4 heures, également au petit déjeuner si vous avez du mal à manger le matin, et évidemment immédiatement après l'entraînement.

Les doses recommandées sont en fonction de votre poids de corps (à condition que vous ne soyez pas trop gras). Une bonne règle est de prendre votre poids divisé par 2 en grammes. 

Par exemple, si vous pesez 80 kg, cela fait 40 g à prendre à chaque prise. La quantité peut être augmentée immédiatement après l'entraînement.

☞ Vous pouvez mélanger 40 g de notre Super Protéine de Soja dans seulement 300 ml d'eau pour vous faciliter la prise ou mélangé à votre porridge d'avoine avec un peu de lait d'amandes.

L'idée recette de Fabrice - dessert

Temps de réalisation : 3 minutes.

Ingrédients : 40 g de Super Protéine de Soja, 350 ml de lait de soja non sucré, 2 cuillères à soupe de cacao (à ajuster en fonction de vos préférences), une cuillère à soupe de sirop d'agave.

Optionnel : quelques graines en tout genre (courge, lin...)

Préparation : Dans un bol, mélanger avec une cuillère tous les ingrédients pré-cités. Si la préparation est trop liquide, ajoutez de la protéine, si elle est trop poudreuse, ajoutez un peu de lait de soja.

Le résultat en est une "crème" épaisse et onctueuse.

L'idée recette de Loïc - petit déjeuner

Temps de réalisation : 3 minutes.

Ingrédients : 40 g de Super Protéine de Soja, 80 g de porridge d'avoine, 450 ml de lait d'amandes non sucré, 1 banane entière (à ajuster en fonction de vos préférences).

Optionnel : 2 cuillères à café de poudre de noisettes + noix.

Préparation : Dans un bol, mélanger avec une cuillère tous les ingrédients pré-cités. Si la préparation est trop liquide, ajoutez un peu plus de porridge, si elle est trop pâteuse, ajoutez un peu de lait d'amandes.

Le résultat en est une préparation très protéinée et calorique.

Avis à propos du produit
0
1★
0
2★
0
3★
1
4★
11
5★
9.8/10


Basé sur 12 avis

  • 5

    Goût neutre, ratio de protéines imbattable, vegan et bio, et même pas cher ! C'est juste parfait ?

  • 5

    Bon produit, facile d’utilisation

  • 5

    Franchement, j'étais sceptique pour le goût nature mais pour le coup ça passe très bien, j'aime bien la saveur du produit et la texture. D'ailleurs ça cale bien aussi.

  • 5

    Je l'utilise en shaker, ou en ingrédient de recettes cuisinées et j'en suis toujours satisfait. Etant un mangeur de viande, elle me permet également un bon équilibre journalier entre les protéines animales et végétales

  • 5

    Bon rapport qualité prix

  • 5

    RAS

  • 5

    Produit hautement qualitatif à un prix raisonnable

  • 5

    Tout simplement le MEILLEUR rapport qualité / prix (concentration en protéine, produit bio ce qui est encore trop rare à l'heure actuelle, prix au kilo). Livraison rapide (la même semaine que la commande). Le goût, la consistance, la facilité à mélanger, etc. : tout va bien (je mets dans des céréales type muesli avec du lait et du cacao, dans un shaker avec de l'eau et un soupçon de sucre roux, je saupoudre dans des plats chauds façon maïzena en fin de cuisson au moment de servir, etc.). Et le plus important, associée à un gros entrainement type Smolov, cette protéine de soja bio contribue réellement à la prise de force et de masse musculaire. Sincèrement, merci à l'équipe Super Physique, et bonne continuation ;o)

  • 5

    Bon produit

  • 4

    Très bon produit. Ce serait cool de publier le pays où le soja est cultivé. Et s'il est transformé en France ou ailleurs.



Les clients qui achètent cet article achètent aussi :

Super Protéine de Soja BIO...

44,90 €